Français de l'étranger

Français de l'étranger
Accueil
 

TWITTERSuivez nous sur Twitter

@PCF_FE

 

Rejoignez nous sur Facebook

 

Agenda



 
 
 

L'artiste turque Zehra Doğan condamnée à de la prison pour avoir peint l'attaque sur une ville kurde.

Doğan a été condamnée à une peine de 2 an et 10 mois par la justice turque.

 

La peintre et journaliste turquo-kurde Zehra Doğan vient d'être condamnée à 2 an, 9 mois et 22 jours de prison pour avoir réalisé une peinture représentant la destruction par les forces de sécurité turques du quartier de Nusaybin dans la province de Mardin (Une région kurde en Turquie).

D'après le quotidien turc Cumhuriyet, La haute court criminel de Mardin, 2nd court en Turquie a décidé de cette peine car l'artiste avait dessiné des drapeaux turcs sur les bâtiments détruit par les forces turques. Même si, selon Artforum, la justice a expliqué que la cause de l'emprisonnement était dû au fait que l'artiste avait diffusé l'image de son travail pendant une opération militaire en cours.

Selon la plateforme Turkey Purge, l'artiste s'est, dans un tweet qui a depuis été supprimé, exprimé ainsi :

« Je suis condamnée à 2 ans et 10 mois [de prison] simplement parce que j'ai peint des drapeaux turques sur des bâtiments détruits. Malgré le fait que [le gouvernement] soit la cause de ses destruction. Je l'ai juste peint. »

Pour Art Newspaperles autorités ont arrêté Doğan dans un café fin Juillet, prétextant que sa pratique artistique prouve qu'elle est en relation avec le Parti de Travailleurs (PKK), toujours considéré comme une organisation terrorist par le gouvernement turc.

« L'art et la peinture ne devrait jamais être utilisés de cette manière » a insité Asli Pasinli, avocat de l'artiste. D'après Voice Project«  On attaque ici la culture et l'expression artistique. »

Après la fin de 2 ans de cessez le feu entre les forces militaires turques et les militants d PKK, les 1er tentent depuis Juillet 2015 de débarasser les villes kurdes de ces derniers.

Selon un rapport d'Amnesty International de Décembre 2016, après la violente répression des autorités turques, quasiment un demi million de personne ont été obligées expulsées de leurs maisons l'année dernière. Acte qualifiable de « punition collective »

Dans une interview sur Fairpress, Doğan annonce :

« [Le Juge] a puni la mauvaise personne : pas celle qui a détruit la ville, […] pas celle non plus qui a pris la photo, mais celle qui a peint cete photo. Ils sont à l'origine de cette peinture, pas moi. »

Perwana Nazif, le 24 Mars 2017 pour ArtNews (traduit par Billy Margueron)